Catégories
Église:

Des travaux de peinture sont réalisés à l’église paroissiale du Trévoux – Le Trévoux



Trois employés de l’atelier CoRéum de Bieuzy-les-Eaux interviennent actuellement à l’église paroissiale du Trévoux. Ils ont procédé, depuis le 30 juin et jusqu’aux vacances d’été, à la restauration de la peinture et de statues, perchés sur un imposant échafaudage. Après la pause estivale, les travaux reprendront en septembre. Ils font suite à ceux de restauration du retable, il y a quelques semaines.

Catégories
Église:

La charpente de la chapelle de Linchamps restaurée aux Hautes-Rivières

C‘est parce qu’ils vouent un attachement infini au patrimoine religieux de leur commune que sept Hauts-Riverains, dont six élu(e)s, ont dédié une grande partie de leur temps libre à la réhabilitation de la charpente de la chapelle du hameau de Linchamps.

};(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if(d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src= »
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

Catégories
Église:

Des sénateurs plaident pour un « usage partagé » des édifices cultuels

Sécularisation, désertification rurale, regroupements paroissiaux, contraintes budgétaires des communes… Tout semble se conjuguer pour favoriser l’abandon progressif du patrimoine religieux français, dans certaines zones rurales. Sur les 42 300 églises et chapelles paroissiales, 40 300 ont été construites avant 1905 et sont donc la propriété des communes. Bien qu’elles favorisent d’un entretien trop irrégulier, elles ne sont pas, pour l’heure, « en si mauvais état ». Mais une « dégradation rapide » est à craindre.

Telles sont les premières conclusions auxquelles sont arrivés les sénateurs Anne Ventalon (LR) et Pierre Ouzoulias (CRCE) à la question des auditions prévues depuis février dans le cadre d’une mission d’information. Celle-ci leur avait été adressée par la commission de la culture du Sénat suite à des sollicitations de maires ruraux « désemparés » face à la dégradation de leur patrimoine religieux. Ils présenteront leur rapport mercredi 6 juillet.

« Le risque n’est pas tant que ce patrimoine passe aux mains de propriétaires privés, comme cela arrive dans les pays anglo-saxons, où d’anciennes églises ont été transformées en boutiques, en hôtels, en supermarchés ou en discothèques »affirmeront les deux sénateurs dans leur intervention orale, que La Croix un pu consulter. Les contraintes architecturales des églises ne se répercutaient en effet que « modérément » la convoitise des investisseurs.

Accueillir des révisions d’examens ?

En revanche, l’absence d’utilisation et donc d’entretien d’une partie de ces édifices pourraient rendre leur démolition « inéluctable ». Ce danger guette en particulier les églises du XIXe siècle (30 % des églises paroissiales), trop grand par rapport aux besoins actuels et de moindre intérêt architectural. 2 500 à 5 000 édifices sont menacés d’être abandonnés, vendus ou détruits d’ici à 2030, d’après l’Observatoire du patrimoine religieux.

Pour être sauvegardé, jugé les deux rapporteurs, ce patrimoine doit redevenir « significatif et utile » pour la population, y compris les non-pratiquants. « La jurisprudence tend à évaluer vers un usage moins exclusivement cultuel des édifices pertinents de la loi de 1905 »explique le sénateur communiste Pierre Ouzoulias à La Croix. 2006, le code général de la propriété des personnes publiques autorise leur utilisation pour des « activités compatibles avec l’affectation cultuelle ».

Outre les concerts d’orgue et expositions de photos, il pourrait s’agir d’activités plus inattendues, en phase avec les besoins (éducatifs, caritatifs, etc.) de la population, suggère le rapport sénatorial. « Récemment, les églises ont été utilisées comme des refuges dans le cadre du plan canicule. Pourquoi ne pourraient-elles pas, demain, accueillir les élèves qui révisent leurs examens ? »

Des initiatives encore timides

L’idée leur a été soufflée par Benoît de Sagazan, rédacteur en chef du Monde de la Bible (édité par Bayard), auditionné au titre de directeur de l’Institut pèlerin du patrimoine. Il a parlé aux sénateurs d’une église vendéenne devenue, sept mois par an, un centre d’interprétation du vitrail, ou encore d’une église lyonnaise abritant dans sa crypte une épicerie solidaire et, dans l’entrée, un lieu d’ écoute pour étudiants. Des initiatives « timides »observe le spécialiste, qui rappelle que jusqu’à la Révolution, les églises étaient « à la fois des lieux cultuels et des espaces de sociabilité ».

Le secrétaire général de la Conférence des évêques de France (CEF), le père Hugues de Woillemont, a aussi été auditionné. S’il ne s’oppose pas par principe à un usage partagé, il tient à rester vigilant, notamment face au risque d’une  » cloison  » des églises. « On ne peut pas décider, par exemple, que le culte n’aura plus lieu que dans le chœur. Toutes les parties du bâtiment servent à l’expression de la foi. » S’il n’y a pas encore de réflexion concertée à ce propos au sein de la CEF, le père de Woillemont estime que cela devra être le cas, car « le sujet est devant nous ».

De son côté, Pierre Ouzoulias se dit conscient des « croustillants » que le sujet peut engendrer. En particulier en zone rurale, où ses collègues sénateurs font face à davantage de fidèles réticents qu’auparavant. « Le dialogue actuel, qui n’inclut que le curé, le diocèse et la commune, doit être élargi à la communauté paroissiale, mais aussi villageoisesoutient le sénateur PCF. Si on les met devant le fait accompli, on s’expose à des positions de rejet. »

—————

Huit autres recommandations

La principale proposition du rapport sénatorial est de favoriser l’usage partagé des édifices religieux par des conventions types entre le maire, le curé affectataire et le diocèse.

Les sénateurs font huit autres recommandations. Parmi elles, le lancement d’un inventaire national du patrimoine religieux (le dernier remonte aux années 1980) et le recours aux conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (Caue), organismes départementaux investis d’une mission d ‘intérêt public, pour identifier les solutions possibles pour chaque édifice.

Le rapport s’attarde peu sur les lieux de culte juifs et protestants, qui ont, « depuis longtemps, des approches beaucoup plus mixtes de l’usage de leurs édifices ».

Catégories
Église:

À Karakoch, une fresque restaurée, symbole de la vulnérabilité du patrimoine chrétien

En cette fin de semaine, ils sont des centaines à prendre place sur les bancs de l’Église syriaque orthodoxe Mar Giorgis, à Karakoch, la plus grande ville chrétienne de la plaine de Ninive, pour assister à la bénédiction d’une fresque du XIIIe siècle récemment restaurée.

Cette peinture murale byzantine se trouve dans le sanctuaire de l’église rupestre Mar Giorgis de Bakhdida (nom syriaque de Karakoch), fondée au VIe siècle. Elle représente le baptême du Christ dans le Jourdain. Il s’agit de la seule œuvre de ce type connue en Irak. Pourtant, elle ne doit sa survie qu’à l’incapacité des pelleteuses à venir à bout du sanctuaire, voué à la destruction en 2005 pour permettre, sur son emplacement, la construction d’une église moderne.

Depuis lors, la fresque, restée sur la façade extérieure de l’édifice, était exposée aux intempéries et à l’écrasant soleil de la plaine de Ninive. Pendant les deux années d’occupation de la ville par Daech, elle subit de profondes dégradations, le lieu étant utilisé comme laboratoire de fabrication d’engins explosifs.

« Quand elle a été redécouverte à la libération de la ville, l’œuvre était en péril. Il fallait très vite intervenir », explique Méliné Miguirditchian, l’une des restauratrices. Des organisations et institutions internationales ont alors pris en charge la protection, puis la restauration de la fresque. « Le peuple irakien est notre grand frère, rappelle Étienne Piquet-Gauthier, directeur de la Fondation Saint-Irénée, à Lyon. Nous sommes honorés de contribuer à restaurer son patrimoine ».

Contraintes techniques et logistiques

Ce travail a fait face à des contraintes techniques, mais aussi logistiques. « Presque tous les produits viennent d’Europe, explique la restauratrice. Ils étaient introuvables ici, parfois même interdits. Par exemple, l’acétone n’est pas autorisée à la vente en Irak, car elle peut être utilisée dans la fabrication des bombes. Quand nous avons essayé d’en faire venir, elle a été bloquée pendant des semaines par le service des douanes. »

À Karakoch, une fresque restaurée, symbole de la vulnérabilité du patrimoine chrétien

Le projet ambitionne de faire prendre conscience aux chrétiens de la région de la valeur de leur patrimoine. « Le patrimoine incarne l’identité profonde, sous sa forme la plus visible, abonde Pascal Maguesyan, de l’association Mesopotamia Heritage. C’est la raison pour laquelle Daech s’y est autant attaqué ; c’était un moyen systémique de casser le lien dépendant des communautés, de leur mémoire et de leur histoire ».

« Restaurer cette fresque est une façon d’honorer nos ancêtres, ajoute Mgr Nicodemus Daoud Sharaf, archevêque syriaque orthodoxe de la région. C’est grâce à des œuvres comme celle-ci que leurs pensées, leur foi et leur culture sont parvenues jusqu’à nous. » Dans cette optique de transmission, quatre jeunes diplômés du département des beaux-arts de l’université de Mossoul ont été impliqués dans le travail de restauration. Ils ont créé une version moderne de l’œuvre, exposée dans l’ancienne église rupestre. Symétrie pleine d’anachronisme, c’est dans la nef de la nouvelle église, celle-là même pour laquelle elle avait failli être rasée, que la fresque byzantine sera désormais placée.

Un pari audacieux

Pour Pascal Maguesyan, « L’exemple de cette œuvre, qui aurait dû être détruite sur l’ordre de la paroisse pour construire un nouvel édifice, et qui a été restaurée des années plus tard à la demande des autorités religieuses, est révélateur. Les actions de Daech ont rappelé aux communautés la vulnérabilité de leur patrimoine, donc l’importance de le préserver et de le protéger ».

Le pari est audacieux alors que l’État irakien ne consacre aucun budget à la reconstruction des lieux de culte dans les zones anciennement occupées, préférant se focaliser sur les infrastructures et habitations. « En reconstruisant les pierres, on peut aussi reconstruire les âmes », défend Mgr Nicodemus Daoud Sharaf. Il sait combien le défi est immense. À ce jour, plus de cinq ans après la libération de la plaine de Ninive, on estime que seuls 60 % des chrétiens sont retournés vivre sur leur territoire d’origine.

Catégories
Église:

Un beau « Village en fête » à Saint-Pierre-Quiberon – Saint-Pierre-Quiberon

Quimper-The-church-of-Locmaria-celebrates-its-millennium



Très belle réussite, dimanche 3 juillet, pour l’animation « Village en fête », à Saint-Pierre-Quiberon. Après trois ans de fermeture pour travaux, la commune a déclaré la réouverture de l’église. La première étape était le retour des mess pour Pâques.

« La préservation de notre patrimoine : l’une de nos priorités »

La municipalité souhaitait fêter d’une façon plus large la fin des travaux. « Avec mon équipe, explique la maire, Stéphanie Doyen, nous avons voulu rassembler les Saint-Pierrois et l’ensemble des acteurs ayant remporté la restauration de notre église. La préservation de notre patrimoine, qu’il soit religieux ou non, constitue l’une de nos priorités. Il s’agit d’un devoir de transmission pour les générations futures ».

Concerts, buvette et buffet ce dimanche 3 juillet

La journée a été ponctuée de concerts ayant rassemblé un public très large. Elle a été clôturée par un repas participatif. L’union des acteurs économiques (UAE) s’est très largement impliquée, tant pour tenir la buvette que pour organiser le buffet proposé en soirée. « Et pourquoi pas faire de cet événement un rendez-vous récurrent avant la haute saison ? », s’interroge le maire.

Catégories
Église:

un congrès d’archéologie pour préserver le patrimoine

un-congres-darcheologie-pour-preserver-le-patrimoine

Aubusson (Creuse) accueille jusqu’à ce 27 juin le congrès 2022 de la Société française d’archéologie. Une opportunité pour mettre en avant le patrimoine creusois du Moyen-Age et de la Renaissance.

C’est l’un des trésors que renferme l’église de Chambon-sur-Voueize (Creuse) : un buste reliquaire de Sainte-Valérie, composé d’argent, d’émaux et de pierres précieuses. « C’est un reliquaire royal, ayant appartenu à Charles V. Ce qui est intéressant, c’est la figure elle-même de la sainte, qui porte une grâce détachée du monde »précis Françoise Vielliard, p.professeure retraitée de philologie romane à l’Ecole nationale des Chartes. Le buste, témoin du XIVe, siècle illustre la richesse de la période pour le patrimoine creusois du Moyen-Age et de la Renaissance.

Un coup de lumière est porté sur le patrimoine creusois, particulièrement riche d’églises romanes, gothiques et de châteaux. Le Moyen-Age est particulièrement représenté. La raison : « La Marche est une région frontalière, et donc sensible. Elle a vécu une grande fondation monastique, la concurrence entre des pouvoirs politiques qui veulent marquer le territoire, affirmer leur position religieuse ou politique »explique Eliane Vergnolle, vice-présidente de la Société française d’archéologie. « Les comtes de la Marche représentent un pouvoir local très déployé entre Aubusson et Guéret. »

Pour celle qui est aussi coordinatrice scientifique du congrès, la Creuse était donc un endroit idéal pour organiser l’édition 2022 du congrès de la Société française d’archéologie. Environ 130 sociétaires sont réunis pour l’occasion depuis le jeudi 23 juin 2022. Parmi eux, il y a Eric Sparhubert, maître de conférence en histoire de l’art médiéval à l’Université de Limoges. Il s’improvise guide pour une visite de l’abbatiale Saint-Pierre-Saint-Paul d’Evaux-les-Bains (Creuse), un édifice qui date du XIe siècle.

« Le caractère imposant de l’abbatiale d’Evaux-les-Bains est inversement proportionnel au nombre d’études qu’elle a suscitées et qui se comptent pratiquement sur les doigts d’une main » : ce commentaire d’Eric Sparhubert souligne la nécessité de mettre en avant le patrimoine creusois. L’intérêt scientifique de ce dernier serait en fait sous-estimé et peu accessible au grand public.

Avec une belle programmation, ces édifices pourraient permettre encore davantage de monde.

Eric Sparhubert, maître de conférence en histoire de l’art médiéval à l’Université de Limoges

Ces différents édifices représentent pourtant un atout touristique pour la région, une offre qui pourrait être plus développée. « Il y a peut-être une dimension politique, qui s’est mise en avant le caractère religieux de ces édifices, en subsiste au second plan la notion de patrimoine qui doit être dissociée de cette fonction religieuse »estime Eric Sparhubert.

Le congrès annuel de la Société française d’archéologie se termine ce lundi 27 juin 2022. Des conclusions seront tirées de cet événement et seront bientôt publiées.

Catégories
Église:

Geneviève Delrue, un regard sur les religions du monde

Responsible-investment-become-a-homeowner-by-participating-in-the-preservation

Reconnaissable entre mille, c’est sans doute la voix la plus connue du monde francophone. Depuis trente ans, Geneviève Delrue, carte de presse numéro 50069, scrute l’actualité religieuse pour l’évoquer chaque dimanche sur RFI. Des voyages du papier au patrimoine spirituel féminin de l’islam, ce sont les religions du monde dont rendent compte la journaliste qui aujourd’hui raccroche le micro.

Entrée à RFI dans les années 1980, ce géographe de formation a très vite fourni les sept minutes de la rubrique religion dont personne ne veut. Trente ans plus tard, l’émission est un vrai journal des religions de quelque 48 minutes et 30 secondes. Penser aux 60 millions d’auditeurs dispersés sur la planète ne cesse d’impressionner : « Ceux qui m’écoutent sont des expatriés, mais aussi des communautés religieuses isolées, des responsables politiques ou religieux… »

La voix vive, légèrement éraillée, la journaliste se souvient des voyages de Jean-Paul II, à Jérusalem, dans les pays Baltes ou encore à Cuba. Mais surgissent aussi d’autres visages, le regard lumineux de Pierre Claverie, archevêque d’Oran, un an avant son assassinat, ou encore Michael Lapsley, prêtre anglican en Afrique du Sud, qui a perdu ses mains dans un attentat : « J’étais hypnotisée par ses mains de fer. »

« Prendre le pouls d’une espérance »

« Le cœur du métier, c’est la rencontre, confie Geneviève Delrue. J’aime prendre les poules d’une attente, d’une espérance… » Sur la radio du service public, toutes les religions ont droit d’antenne. L’actualité durant toutes ces années, c’était aussi les questions éthiques, l’islam face à l’islamisme, la complexité du judaïsme, questions posées avec une rigueur professionnelle souvent sollicitée par ses confrères. Depuis cinq ans, Geneviève Delrue était présidente de l’Association des journalistes d’information religieuse (Ajir).

Dimanche 26 juin à l’antenne, Geneviève Delrue évoque trente ans d’actualité avec ses invités. Une auditrice sera très attentive : Véronique Gaymard, cheffe adjointe du service international à RFI, qui prend le relais. Une nouvelle voix pour les religions du monde.

Catégories
Église:

Le trésor de Tintignac de retour à Naves (Corrèze)

Le-tresor-de-Tintignac-de-retour-a-Naves-Correze

Une découverte inestimable. « Unique au monde même », a précisé Hervé Longy, maire de Naves lors de l’inauguration mercredi de la Maison du patrimoine. Il est désormais possible d’observer à Naves certains des objets du site archéologique de Tintignac découverts lors des fouilles de 2004.

Celles-ci avaient révélé un dépôt gaulois contenant de nombreux objets, dont une quantité importante d’armes datant de l’Âge de fer. Cette découverte étant « un témoin direct des pratiques cultuelles de l’époque », se réjouit encore le maire de la commune. Parmi ce « trésor » de Tintignac, des éléments religieux mais aussi militaires comme les fameux carnyx (ci-contre), des trompettes de guerre.

Une découverte d’intérêt international

Recevez par mail notre newsletter loisirs et retrouvez les idées de sorties et d’activités dans votre région.

NL {« path »: »mini-thematique-inscription », »thematique »: »MT_Loisirs », »accessCode »: »14149682″, »allowGCS »: »true », »bodyClass »: »ripo_generic », »contextLevel »: « KEEP_ALL », »filterMotsCles »: »1|12|191|1951″, »gabarit »: »generic », »hasEssentiel »: »true », »idArticle »: »4149682″, »idArticlesList »: »4149682″, « idDepartement »: »237″, »idZone »: »11499″, »motsCles »: »1|12|191|1951″, »premium »: »true », »pubs »: »banniere_haute|article », »site « : »MT », »sousDomaine »: »www », »urlTitle »: »le-tresor-de-tintignac-de-retour-a-naves-correze »}

Après avoir été exposés durant deux années au musée de Sarran et à la Cité des sciences et de l’industrie à Paris, tous ces objets ont été rapatriés à Naves en ce début d’année 2022, à la Maison du patrimoine, à quelques kilomètres seulement du site des Arènes où ils ont été enfouis pendant des millénaires. « Il a fallu réaménager cet espace minime pour garantir des conditions de sécurité », explique Hervé Longy. Un investissement de 60.000 euros a été nécessaire pour sécuriser l’endroit, pour la restauration des vitrines et l’achat d’une nouvelle.

« Aujourd’hui, c’est une très grande fierté de voir ces objets exposés à nouveau, même si on aimerait pouvoir tous les présenter. »

Christophe Maniquet (archéologue à l’origine de la découverte du trésor de Tintignac)

Après cette réhabilitation du lieu ayant duré trois mois, quatre objets sont désormais exposés au grand public, dont le fameux carnyx à tête de sanglier découvert par l’archéologue Christophe Maniquet et ses équipes il y a maintenant 18 ans. « Aujourd’hui, c’est une très grande fierté de voir ces objets exposés à nouveau, même si on aimerait pouvoir tous les présenter », s’est-il accordé lors de l’inauguration du site. Exposer tous ces objets au public et aux scientifiques s’avère une vraie nécessité pour l’archéologue de l’Inrap tant que cette découverte présente un intérêt international en raison des connaissances scientifiques et techniques qu’elle a améliorées. Des objets uniques et essentiels à la connaissance de la civilisation gauloise.

L’art du travail du métal qu’avaient les Gaulois à travers ce cheval.

« Cette découverte a permis d’apporter de nombreuses informations sur l’armement mais aussi sur les pratiques cultuelles de l’époque. Ça permet de faire des comparaisons avec d’autres découvertes partout dans le monde. Et souvent, on dit que l’on découvre un carnyx tous les 20 ans en France », raconte Christophe Maniquet, l’air amusé. Car en 2024, cela fera 20 ans précisément que le trésor de Tintignac aura été découvert. Une date anniversaire pour laquelle l’archéologue espère marquer le coup. En train de rédiger un ouvrage sur ce sanctuaire gaulois, dont la fouille a livré des objets exceptionnels, il souhaite pouvoir le publier en 2024. « Et ce serait l’occasion d’organiser un grand colloque et pourquoi pas présenter toute la collection dans un grand musée. »

prime Comment des géophysiciens étudient le sous-sol du site gallo-romain de Tintignac (Corrèze) pour révéler les vestiges enfouis

Agrandissement prévu

Un temps proposé par les collectivités locales, le projet d’un grand musée de Tintignac a finalement été abandonné, faute de moyens face à un coût dépassant alors plusieurs millions d’euros. « Peut-être qu’un jour ou l’autre, il faudra envisager de voir plus grand, c’est sûr, confirme l’édile de Naves. Mais pour l’heure, il faut avancer progressivement, de façon réaliste. »

C’est à l’arrière de l’actuel bâtiment que la nouvelle partie de celui-ci devrait être construit l’année prochaine. D’une surface d’environ 30 m², elle pourra accueillir d’autres pièces du trésor de Tintignac.

Ainsi, d’ici l’année prochaine, l’actuelle Maison du patrimoine devrait s’agrandir d’une surface d’environ 30 m². « Cette construction harmonise le bâtiment qui était une ancienne poste », détaille Hervé Longy. Cet agrandissement permettra d’accueillir plusieurs autres objets, pour l’instant stocké à l’étage. Cela, avant peut-être, qu’ils ne soient tous visibles du public d’ici quelques années.

Vincent Fauré
Photos : Agnès Gaudin

Dates et horaires :

La Maison du patrimoine sera ouverte du 1er juillet au 18 septembre, du mardi au dimanche de 14 heures à 18 heures. Fermée le lundi. Pour les groupes, réservation au 06.87.34.72.68 ou au 05.55.26.60.16

Catégories
Église:

Star buyers, actors of local heritage

The-Cyclop-the-story-of-an-extraordinary-artistic-adventure

The last star was sold last month. Sell a star? In Saint-Paul-la-Coste, this is possible when it comes to the stars that adorn the celestial vault of the Romanesque church of the town.

Sabine Nicolas, the president of the association of Friends of the Church of Saint-Paul-la-Coste (1) recalls the time when the project was born : « I was with my brother Philippe. Last summer we were watching the stars in the sky. They reminded us of those of the church. We should start a referral program and sell them, he told me. Immediately said, immediately done. »

A star for the Ukrainian people

Since last October, the proposal to buy one or more of the 185 stars has been circulating on social networks, making itself known by posting or through the press. At the price of € 10 for yourself or as a gift, you become a godfather or godmother, star buyers. « Many people thought the idea was great », says Sabine.

As we will have understood, the dimension is spiritual. The act of purchase gives a sense of belonging to this church and to the Catholic community.

The first star was offered to Pope Francis.

In his letter of thanks last December, he congratulated the association for the action taken to safeguard the religious building. This Friday evening, at the time of the reception to welcome the 185 stars, we will be able to observe in particular the plaque for the heritage ribbons awarded in 2020 or a photo of the beginning of the work in 1990 under the mandate of Daniel Layris.

The list of the names of the buyers will be discovered, duly framed.

« They want to give them to children or grandchildren. Sometimes the gift is intended for a sick person or posthumously, specifies Sabine Nicolas. Some families have bought a dozen of them. Each godfather or godmother received a certificate in his name numbered and dated. A star was presented to the people’s president of Ukraine Volodymyr Zelinsky. »

On the program for Friday, June 24: at 17 o’clock, the mayor, Adrien Chapon, will lead a visit to the work undertaken in the church area; at 18:15, Sabine Nicolas will speak; at 19 o’clock, an aperitif dinner is offered by the municipality on the village square. (1) The association is now called Memory and Heritage. Sabine Nicolas is the secretary.
Catégories
Église:

Heat wave. Unusual Norman places to discover to cool off during the hot weather

In mid-June, the thermometer happily exceeds the 30 ° C mark in the region. In this strong heat, we know that it is essential to hydrate well, but also to avoid stuffy places. Here is a list of various Norman cool places where you can go to escape the heat, while discovering the local heritage.

The sea, the lakes, the forests, the gardens: these natural havens of freshness mean that we can consider ourselves happy to live in Normandy when the mercury climbs high on the thermometers. And if it is still too hot on the beach or under the trees, it is always possible to take refuge in the traditional air-conditioned places such as cinemas, supermarkets, or museums.

Beyond these usual anti-heatwave haunts, the region is full of cool and pleasant places to spend time and get educated at the same time.

1Places of worship

Old stone, high ceilings, stained glass windows that dim the atmosphere, religious buildings serve as a haven of freshness. In the region, with two « Cities with a hundred spires » and many places of worship scattered throughout the territory, we can say that we are blessed. Four basilicas (Lisieux, La Chapelle-Montligeon, Bonsecours and Dover-la-Délivrande), seven cathedrals (Rouen, Evreux, Coutances, Bayeux, Le Havre, Lisieux and Sées), a dozen abbeys (Mont Saint-Michel, Caen, Lucerne, Hambye…) and hundreds of churches, so many places full of symbols and history to discover at all times, and even more so when the sun is beating hard outside.

2The underground and caves

Do as many animals do, stay away from the scorching rays of the sun by infiltrating underground. On this theme, you will find nothing better than the Subterranean Slates, in Caumont l’eventé (14). 30 meters below the ground, it’s constantly 12 ° C, you might even need to put on a sweater to browse the galleries of the site. Another underground walk, the visit of the Cave of the Petites-Dalles (76) that our reporter Felix Bollez makes you discover in the report below.

Discovery of the cave of the Petites-Dalles

©France Télévisions

Do you know the insides of the largest cities in the region? In Rouen, the underground of the Dungeon are to be discovered. And in Caen, cooler, a network located 12m underground, it was used to store foodstuffs, but was also a shelter and a hiding place during the Second World War. On the other hand, you will have to anticipate the hot weather, because its visits, only in the summer, are already complete for 2022.

3The cider cellars

The Normans who grew up in the countryside, with ancestors who produced apple alcohol, know this well: it is cool in the cellars, near barrels and bottles. Some of these cellars can be visited, at the cider and calvados producers. The Pays d’auge is full of distilleries ready to open their doors to you, especially along the the cider route and its twenty producers. However, in case of severe heat, we strongly advise you to give preference to apple juice over alcoholic beverages.

The regional health agency (ARS) has set up its heatwave info service toll-free number, 0 800 06 66 66, a toll-free number for advice during this period of high heat.