Catégories
Église:

la lame de fond des transitions numérique et écologique

ENTRETIENS-PATRIMOINE-SCIENCE-ET-PATRIMOINE3.jpg

Aujourd’hui, aucun secteur culturel ou presque n’est épargné par cette double transition. La restauration du patrimoine n’échappe évidemment pas à la règle. « Les outils informatiques permettent aujourd’hui de croiser à peu près toutes les données entre elles, sans restriction ni de forme, ni de nature, qu’elles soient, graphiques, écrites, présentes, passées, tout se corrèle avec tout, dans un jeu de jongleries techniques pratiquées jusqu’à la virtuosité », un résumé de l’architecte Christophe Amsler dans son introduction. Un propos qu’illustre de façon magistrale le chantier de Notre-Dame, avec son apport considérable en matière de gestion de données scientifiques.

Quant à la transition écologique, dans un contexte où l’augmentation des températures et la diminution des ressources biologiques « surplombant de toute leur masse les discussions et les angoisses, il y a longtemps que la notion de patrimoine a ouvert ses marges à la géographie, à la nature et au paysage », a-t-il rappelé. Preuve en fut donnée par la table ronde « Changer notre regard sur la restauration : renaturer la culture, reculturer la nature ». Retour sur ces deux temps forts qui ont montré « la contemporanéité extrême du patrimoine, tout à la fois savoir archaïque et prospectiF « .

Mobiliser les données de la recherche : l’exemple de Notre-Dame

NOTRE-DAME-QUENTIN-DE-GROEVE-HANS-LUCAS-VIA-AFP.jpg

Au lendemain de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, la mobilisation de la communauté scientifique a été d’une ampleur inédite. Comme en témoigne la liste des différents groupes de travail du chantier scientifique, présentée par Pascal Liévaux, chef du département de la recherche, de la valorisation et du patrimoine culturel immatériel à la direction générale des patrimoines et de l’architecture du ministère de la Culture , l’un des artisans de ces Entretiens : « structure, bois et charpente, pierre, métal, verre, émotions, mobilisations patrimoniales, acoustique, décor monumental, données numériques ». Réunissant à l’initiative du ministère de la Culture et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) « 175 chercheurs et une cinqquantaine de laboratoires », ce chantier scientifique a permis, précise Pascal Liévaux, de « consolider l’écosystème de la recherche, ce dont témoigne l’ouvrage Notre-Dame de Paris, la science à l’œuvre (éditions Le Cherche Midi) ».

« Nous avons tout de suite pressenti que ce chantier était nécessairetémoigne Rémi Fromont, architecte en chef des monuments historiques, associé sous la conduite de Philippe Villeneuve aux côtés de son collègue Pascal Prunet, au chantier de restauration de Notre-Dame. Parler de vestiges plutôt que de gravats, comme nous l’avons fait spontanément, est à cet égard éloquent ». À partir de relevés partiels dont certains très récents, le premier enjeu était de « récolter des données le plus rapidement possible ». Mission plus qu’accomplir : « Grâce au travail précieux du CNRS, nous avons pu enrichir les données de façon à interpréter les documents », se félicite Rémi Fromont qui cite notamment les exemples du brunissement des couvertures en plomb et de la déformation des voûtes.

« La dynamique du chantier scientifique s’est trouvée cristallisée à travers la restauration de Notre-Dameenchérit Aline Magnien, conservatrice du patrimoine, parfaitement placé, en sa qualité d’ex-directrice du Laboratoire de recherche des Monuments Historiques, pour en juger « La dynamique qui s’est mise en place va servir, dans ses différents aspects, pour des chantiers futurs », assure-t-elle : vestiges matériels (« il faut en conserver les plus possibles de façon à en garder la mémoire »), traces anthropologiques…

Un enthousiasme qui prend un tour concret quand les chercheurs prennent la parole. « Quand on parle de science, on a tendance à mélanger les aspects de technologie pure et la recherche proprement dite. Ce qui est formidable avec Notre-Dame, c’est le croisement sur l’ensemble des aspects, souligne Philippe Dillmann, directeur de recherche à l’Institut de recherche sur les archéo-matériaux. Un exemple ? « Après avoir fait le deuil de la charpente, nous avons eu la surprise de découvrir qu’une série d’agrafes ceinturaient le mur. Celles-ci ont été utilisées dès la phase de construction médiévale. Avec, à la clé, toute une série de questions plus passionnantes les unes que les autres : le rôle du métal dans la statique du monument, la provenance des matériaux, la façon dont ils ont été fabriqués.… ».

« Nous sommes entrés dans le chantier en supposant d’être utiles. Le premier enjeu, comme l’a rappelé Rémi Fromont, a été de disposer de données numériques pouvant véhiculer des connaissances.témoigne Livio de Luca, directeur de recherche au CNRS qui a notamment travaillé sur l’enrichissement sémantique des données. Nous sommes partis d’un point, la restauration proprement dite, pour étendre nos recherches à tous les secteurs. Tous ces travaux ont abouti à une véritable « cathédrale des connaissances » » qui est au cœur du chantier ». Une cathédrale de connaissances à laquelle spécialistes du patrimoine et profanes trépignent déjà d’avoir accès, ce qui sera choisi fait à l’horizon 2026-2027, date prévue pour la mise à disposition des données en Open source.

Depuis quelques jours, Notre-Dame a retrouvé sa flèche surmontée d’une croix. La réouverture de la cathédrale est prévue dans un an. Qui l’aurait cru au lendemain de l’incendie du 15 avril 2019 ? Derrière le respect de ces délais, auquel le général Georgelin, président de l’établissement public chargé de la conservation et de la restauration de Notre-Dame, récemment disparu, tenu plus que tout, il faut voir le signe de ce « système monumental d’information ».

Changer notre regard sur la restauration : renaturer la culture, reculturer la nature

ENTRETIENS-PATRIMOINE-SCIENCE-ET-PATRIMOINE2.jpg

« Les expressions « renaturer la culture », « reculturer la nature » témoignent de l’interaction complexe entre le patrimoine culturel et la nature », souligne Vania Virgili, directrice de la recherche technologique à l’Institut pour les sciences du patrimoine en Italie qui, dans le cadre de la coopération franco-italienne sur le patrimoine culturel mise en place depuis plus d’un an, travaille main dans la main avec son homologue Pascal Liévaux sur les sujets de la double transition numérique et écologique. Une interaction particulièrement réussie dans le cas de Pompéi : « Des vignobles ont été plantés pour protéger les vestiges. Au bout du compte, c’est tout le paysage culturel antique qui a été reconstitué. Autrement dit, on utilise la nature pour préserver de manière contrôlée le patrimoine de Pompéi. » rapporte Vania Virgili.

Pour autant, Pompéi fait figure d’exception. On revient de loin, semble dire Roch Payet, consultant en conservation préventive. « Il y a 45 ans, on était encore dans le déni des questions sanitaires et environnementales. On a littéralement baigné dans les produits chimiques. Il a fallu attendre 2004 pour que le lindane, insecticide cancérogène, soit interdit dans le traitement des bois », rappelle le consultant, spécialisé en gestion des infestations, qui a développé des automates de traçabilité pour les traitements anoxiques, en particulier lors du traitement des collections du musée de Grenoble en 2000 et 2001. Aujourd’hui, « un cordon sanitaire » est mis en place autour des collections et les professionnels se sont tournés vers une approche plus globale qu’on pourrait qualifier d’écologie de la préservation du patrimoine. « Un large panel pluridisciplinaire est associé à chaque projet, c’est une très bonne chose. La préservation du patrimoine est quelque chose de trop sérieux pour la laisser aux seules mains des spécialistes », observe non sans humour Roch Payet.

Pour la biodiversité, la situation appelle également un sursaut. « On parle d’un effondrement de la biodiversité, à un rythme accéléré. Qu’on en juge : 35% des milieux humides ont disparu depuis 1970 et, sur 150 000 espèces recensées par l’Union internationale de la nature, 42 000 sont menacées », alerte l’architecte et urbaniste Marie-Jeanne Jouveau qui, à la tête de l’agence Capla, donne l’exemple : l’agence s’attache en effet à mettre en valeur l’existant et à avoir la plus faible empreinte. environnementale possible. Se référant à la Stratégie nationale pour la biodiversité présentée en novembre 2023 dans sa version finale, elle met en exergue le rôle de tout à chacun (« personne d’autre que nous ne pourrons mettre en place les actions sur la biodiversité ») ainsi que l’enjeu prioritaire que constitue la lutte contre l’artificialisation (« la place du végétal permet l’adaptation de la ville aux enjeux climatiques »).

« Ce sont les chercheurs anglais qui nous ont permis de sortir de l’ornière entre géomorphologies et archéologues. », explique Bruno Phalip, professeur émérite à l’université Clermont Auvergne, se référant notamment, aux travaux d’Heather Viles, professeur en bio-géomorphologie et en conservation du patrimoine à l’université d’Oxford. « L’un des points essentiels consiste à considérer que la bio-protection et la bio-remédiation sont une voie possible pour aider à la préservation des sites, d’où le développement d’une pensée sauvage, non assujettie à la pensée rationnelle, qui ne serait pas jugée inférieure et promet le contact intime entre l’homme et le milieu ». Celui qui parle aussi d’une « forme de quiétude-redécouverte » a lui-même pu plaider pour un « réensauvagement des monuments historiques ». « Il faut admettre l’usure normale sur un temps long. Nous nous devons de travailler dans le sens d’une modestie des interventions, même s’il est encore aujourd’hui difficile de ne plus utiliser des biocides ».

« Il n’y a pas de réversibilité possible s’agissant du patrimoine. Tous les choix ont un impactassure Marie-Jeanne Jouveau : une énergie bois aura un impact sur la forêt quand une pompe à chaleur sera consommatrice d’électricité. Il ne s’agit pas d’un sport de combat mais d’un sport d’équipe ». « Le patrimoine est entretenu pour être transmis au public. Cela pose la question centrale de son appropriation : la jeune génération, préoccupée par la question environnementale, le défendra d’autant plus si cette préoccupation est relayée. La société civile a également un rôle décisif à jouer », soutient son côté Roch Payet. Communauté du patrimoine d’un côté, société civile de l’autre, ces deux « équipes » ne sera pas de trop pour continuer à faire rayonner un patrimoine « qui nous a inscrit dans le temps long de l’aventure humaine », comme l’a rappelé Rima Abdul-Malak.

Catégories
Église:

L’abbaye de Boulaur poursuit sa restructuration et inaugure son espace d’accueil du public

Labbaye-de-Boulaur-poursuit-sa-restructuration-et-inaugure-son-espace

l’essentiel
Après plusieurs mois de travaux, les religieuses de l’abbaye de Boulaur ont inauguré leur lieu d’accueil ce samedi 16 décembre en présence de nombreux Gersois. Ce bâtiment veut également servir de magasin et d’espace de rencontres.

Le paysage a bien changé en un an et demi devant l’abbaye de Boulaur. Les moteurs de travaux ont disparu et laissent désormais la place à un grand bâtiment en terre crue. Si quelques aménagements sont encore à terminer, le lieu d’accueil, que les religieuses appellent également l’écotone, a été officiellement inauguré ce samedi 16 décembre, en présence d’élus locaux, du préfet du Gers, Laurent Carrié, et de nombreux habitants du territoire.

Les travaux ont été réalisés en grande majorité avec des entreprises locales.

Les travaux ont été réalisés en grande majorité avec des entreprises locales.
DDM – Sébastien Lapeyrère

Sur l’emplacement de l’ancienne grange, dans laquelle les religieuses rangeaient leur matériel, ont donc été construits, au cours des derniers mois, un grand bâtiment rallongé d’un préau à la charpente apparente, un puits, une fontaine et une seconde auvent, plus petit, sous lequel est représenté, au sol, une croix occitane. À l’intérieur de l’édifice, l’odeur du bois flotte encore dans les airs.

« Nous avons travaillé avec des partenaires locaux, précise sœur Elisabeth. Les briques en terre cuite ont été fabriquées lors du premier chantier participatif et l’arcade et le puits ont été construits par le CAUE ». Une portée écologique a également été donnée au projet : le bâtiment a été construit en paille, avec un enduit terre.

Un lieu de vente, d’accueil et d’échanges

Inscrire dans le projet global de restructuration de l’abbaye Sainte-Marie, dont la première phase a permis la construction d’un bâtiment d’élevage et du laboratoire de fabrication des produits, cette nouvelle étape – d’un montant global de 1, 5 millions d’euros – voulait permettre de « faire le lien » entre la communauté et le monde extérieur, a rappelé Mère Emmanuelle, lors de l’inauguration.

Les religieuses y vendront les produits qu'elles fabriquent à la ferme.

Les religieuses y vendront les produits qu’elles fabriquent à la ferme.
DDM – Sébastien Lapeyrère

Ainsi, ce lieu d’accueil à plusieurs vocations : il permettra d’abord aux religieuses de disposer d’un lieu de vente pour leurs produits de la ferme en agriculture biologique. Les visiteurs pourront donc y retrouver leurs farines, fromages et la nouveauté, leurs bières. Mais il s’agit surtout d’un espace où pourra « se rencontrer et échanger la communauté et les visiteurs extérieurs, assure sœur Elisabeth. Nous organisons deux visites par jour de l’abbaye Sainte-Marie et le public pourra donc se regrouper ici » . Enfin, cette reconstruction permet également d’offrir une porte d’entrée plus accessible à l’abbaye Sainte-Marie avec une vue dégagée sur l’église.

Un projet qui « coche donc plusieurs cas », selon le préfet du Gers, qui a rappelé que la construction de cet espace d’accueil a été déterminée par le Plan de Relance de l’Etat. Sa dimension agricole, la transmission et la mise en valeur du patrimoine… « Cette opération permet de rendre encore plus attractif le site et le village », estime Laurent Carrié.

L'inauguration a lieu ce 16 décembre, en présence du préfet, Laurent Carrié, d'élus locaux et de nombreux Gersois.

L’inauguration a lieu ce 16 décembre, en présence du préfet, Laurent Carrié, d’élus locaux et de nombreux Gersois.
DDM – Sébastien Lapeyrère

D’autant plus que les religieuses réfléchissent d’ores et déjà à un nouveau projet : celui de l’hôtellerie ecclésiastique. La communauté accueille déjà régulièrement des familles, des jeunes ou encore des étudiants. « Nous hébergeons des personnes qui viennent pour se ressourcer et nous sommes 27 sœurs, explique sœur Elisabeth. Nous voulons donc revoir les espaces. C’est un bâtiment qui vit ».

Catégories
Église:

L’association Mein ha diri a remis un chèque de 1 000 € pour la restauration de l’église de Ploudiry

Samedi 25 novembre 2023, dans la matinée, à la salle Saint-Pierre de Ploudiry, s’est tenue l’assemblée générale de Mein ha diri. Les membres de l’association présidée par Marie-Françoise Cloître sont des revenus sur le bilan de l’année 2023, avec notamment la réalisation de la margelle du puits du kanndi de Mescoat. Au niveau de la promotion du patrimoine, les visites de la chapelle Saint-Antoine, du kanndi de Mescoat et de la maison de paysan-marchand de Gorre Coat ont attiré un large public.

Des panneaux d’interprétation à installer

Les projets 2024 ont ensuite été évoqués, dont la mise en place d’une grille de protection sur le puits de Mescoat et des panneaux d’interprétation sur différents sites de la commune. À l’émission de l’assemblée, un chèque de 1 000 € a été remis au délégué de la Fondation du patrimoine, Jean-Paul Jegou, afin d’aider à la restauration de l’église Saint-Pierre. Les membres sortants du conseil d’administration ont été réélus. Le bureau sera désigné lors d’un prochain conseil d’administration.

Catégories
Église:

l’inclusion de la dimension « valeurs, culture et patrimoine » est devenue primordiale – Telquel.ma

Det cette déclaration, les congrèsistes réunis à l’occasion de ce conclave, dont la cérémonie de clôture s’est déroulée en présence notamment du conseiller du roi et président fondateur de l’Association Essaouira-Mogador, André Azoulay, et d’un parterre d’acteurs institutionnels, de spécialistes, de chercheurs et de représentants de la société civile, ont expliqué que l’intégration des dimensions de la culture, du patrimoine et des valeurs universelles dans toutes les politiques et actions menées face au dérèglement climatique «est à la fois une urgence et constitue une nécessité pour une meilleure maîtrise du changement dudit changement ».

« Notre patrimoine culturel, qui témoigne de l’histoire, de la créativité humaine, de la diversité d’expression de notre culture et de notre identité collective, est également mis en péril suite aux conséquences des changements climatiques »

Déclaration de Mogador

« La culture, socle de nos sociétés, doit être un pilier pour la lutte contre les changements climatiques. En effet, les savoir-faire traditionnels, les modes de vie en harmonie avec la nature, la transmission des valeurs de respect de l’environnement, les récits et symboles porteurs de sens, sont autant d’atouts précieux à valoriser.», lit-on dans la Déclaration.

Pertinent que « notre patrimoine culturel, qui témoigne de l’histoire, de la créativité humaine, de la diversité d’expression de notre culture et de notre identité collective, est également mis en péril suite aux conséquences des changements climatiques», les congrèsistes ont ajouté que «cet aspect ignoré dans la lutte climatique nécessite une mobilisation collective pour le préserver afin de contribuer à garantir un avenir partagé et un monde plus tolérant, résilient, équitable et durable ».

Le paradigme du changement climatique vise à mettre en œuvre des mesures ambitieuses permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre et des stratégies d’adaptation diminuant la vulnérabilité des systèmes naturels et humains, alors que l’ensemble de ces mesures doivent être consolidées. par les valeurs universelles de cohésion sociale, de confiance mutuelle et de coopération entre individus, groupes et organisations pour une meilleure résilience des communautés.

Les industries culturelles et créatives au service de la sensibilisation

Ils ont, d’autre part, rapporté que les industries culturelles et créatives peuvent mobiliser l’imaginaire collectif en faveur de la cause climatique, estimant que l’éducation, la philosophie, les religions et les arts sont des vecteurs essentiels pour sensibiliser aux enjeux. et ancrer de nouveaux comportements et modes de pensée plus respectueux de l’environnement.

Pour les participants à cette rencontre, le choix de la ville d’Essaouira n’est pas fortuit, du fait qu’à l’instar de l’ensemble des villes du monde entier, elle est menacée par les changements climatiques et leurs conséquences, y comprennent l’irrégularité des prélèvements, le réchauffement, les inondations, les submersions marines et les sécheresses.

Cependant, ont-ils fait observer, Mogador a préservé »ses propres caractéristiques écologiques, notamment la ceinture verte, les forêts d’arganiers ainsi que sa biodiversité aquatique et terrestre, qui témoignent de sa capacité de résilience ».

Connue pour ses alizés, la ville a su exploiter son potentiel éolien pour la production d’énergie renouvelable, ont-ils enchaîné, pertinent que les décideurs et la population locale accordent un intérêt particulier à la préservation du patrimoine naturel et culturel de la ville classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Cette prise de conscience environnementale et culturelle renforce le rôle de la Cité des Alizés en tant qu’exemple de durabilité et de coexistence harmonieuse avec la nature, souligne-t-on dans la Déclaration, qui note qu’historiquement, Essaouira est connue pour être un carrefour qui réunit différentes origines et groupes à diverses convictions culturelles, religieuses et politiques stables avec identité plurielle.

Ce modèle a pu naître et réussir grâce aux compromis et concessions de nombreux acteurs, ainsi qu’à un engagement communautaire exemplaire, permettant de surmonter les défis communs, de renforcer l’appartenance et l’identité collective, tout en préservant et respectant les patrimoines. culturels et écologiques, ont affirmé les congrèsistes.

Cette approche fait d’Essaouira un exemple unique au Royaume et ailleurs, fait savoir la Déclaration qui souligne que les valeurs, la culture et le patrimoine contribuent non seulement à favoriser un environnement de compréhension et de respect mutuels, mais renforçant également les bases de la paix, de la stabilité, de la solidarité et de la tolérance, facteurs clés, pour bâtir un avenir prospère et durable.

(avec MAP)

Catégories
Église:

VIDÉO – Pourquoi religieuses et militants écologistes en viennent aux mains dans cette vallée ardéchoise

Pour détruire une espèce protégée, tout projet doit en effet justifier d’un intérêt public majeur et ses porteurs mettre en place des mesures pour compléter. Mais dans ce dossier, la présence du Réséda de Jacquin, pourtant constatée à différentes occasions par diverses structures, dont le Conservatoire botanique national, a été omise.

Par ailleurs, l’arrêté de protection d’une espèce implique également la préservation de son habitat. « Détruire le milieu d’une espèce végétale protégée est une infraction« , rappelle ainsi Pierrot Pantel. Une plainte en ce sens a été déposée mercredi dernier. Les associations attendant de la police environnementale qu’elle fera saisir les moteurs de chantier. « Ce projet, c’est notre petite A69 dans les Cévennes. Il va à l’inverse de ce qu’il faudrait faire« , ajoute l’ingénieur en référence à cette portion de route entre Toulouse et Castres qui fait polémique

L’enjeu est aussi agricole. « Ils ont déjà retiré 200 mètres carrés de terre. Or, ce sont des terres riches d’une très grande profondeur. Dans nos vallées cévénoles, ces terres valent de l’or« , assure également Pierrot Pantel.

Catégories
Église:

La gouvernance de la Fondation du patrimoine évolue

Marie-Christine Labordette

Marie-Christine Labordette
© Thibaut Chapotot

Alexandre Guiglaris

Alexandre Guiglaris

© Apolline Cornuet

Le 27 juillet dernier, le conseil d’administration de la Fondation du patrimoine, présidé depuis 2017 par Guillaume Poitrinal, nommé Marie-Christine Labourdette en tant que vice-présidente, et Alexandre Giuglaris au poste de directeur général. Ce dernier succès à Célia Verot.

Marie-Christine Labourdette est diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris et est une ancienne élève de l’École nationale d’administration. Elle a débuté sa carrière à la Direction des affaires culturelles de la Ville de Paris avant de rejoindre le ministère de la Culture.

Après une mission en Hongrie auprès de la Commission européenne et d’EDF, elle a été successivement secrétaire générale de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis de 1998 à 2003, directrice régionale des affaires culturelles de Bourgogne, conseillère patrimoines, architecture et musées au cabinet de la ministre de la Culture et de la communication, Christine Albanel en 2007. Elle exerce ensuite les fonctions de directrice des musées de France, directrice chargée des musées à la direction générale des patrimoines pendant 10 ans de 2008 à 2018.

En 2018, elle a été nommée par le Président de la République à la présidence de la Cité de l’architecture et du patrimoine. Enfin, depuis le 8 mars 2021, elle était présidente de l’établissement public du château de Fontainebleau.

De son côté, Alexandre Giuglaris est directeur général adjoint de la Fondation du patrimoine depuis janvier 2023. Diplômé de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence et du Celsa, il a rejoint en 2019 la Fondation du patrimoine en tant que responsable des affaires publiques après avoir occupé différents postes dans la sphère publique (think tank, Parlement).

« Conformément aux missions de la Fondation du patrimoine et aux orientations fixées par le conseil d’administration et son président, Alexandre Giuglaris aura à cœur de développer les ressources (collectes de dons et mécénat d’entreprise) et les outils d’intervention de la Fondation au service de la préservation et de la transmission des patrimoines bâtis et naturels, ainsi que la collecte nationale en faveur du patrimoine religieux annoncée par le Président de la République le 15 septembre 2023 », détaille la Fondation du patrimoine.

Catégories
Église:

Un nouveau coq béni pour orner le clocher de cette église de la côte ouest du Cotentin

Un-nouveau-coq-beni-pour-orner-le-clocher-de-cette

Voir mon actu

Le père Navet a béni le coq qui a ensuite été installé sur le clocher de l'église de Barneville-Carteret.
Le père Navet a béni le coq qui a ensuite été installé sur le clocher de l’église de Barneville-Carteret (Manche). (©Chantal LECLERC)

Ce mercredi 4 octobre 2023 reste en mémoire dans la tête du père Navet.

A 11 h 30, Arnaud Paquin (architecte du patrimoine), Stéphane Mouton (directeur des Etablissements Biard-Roy à Villedieu-les-Poêles), David Legouet (maire), Jérôme Martin (directeur technique), les paroissiens et les enfants du catéchisme étaient présents dans l’église de Barneville pour un grand événement : la bénédiction du coq par le père Navet.

On pouvait ressentir une grande émotion au sein de l’église. Devant l’autel prônait la vedette du jour, le coq, « ce nouveau coq qui allait protéger les Barnevillais-Carterétais à l’avenir ».

Une première pour le père Navet

« C’est la première fois que je bénis un coq », avoué le père Navet.

C’est au IXe siècle que le pape Nicolas 1er a décidé de coiffer tous les clochers d’un coq afin que celui-ci protège les habitants. Le coq est le symbole de la vie, il nous encourage à nous lever chaque matin, il sonne le réveil. Il symbolise aussi le passage des ténèbres à la lumière. C’est l’oiseau de lumière, symbole du Christ. Il est courageux et parfois agressif pour défendre ses poules.

Père Navet

Différents chants ont été repris par les fidèles. Puis le père Navet a béni le coq.

« L’ancien coq était radioactif »

Avant que ce dernier soit mis en place en haut du clocher, Stéphane Mouton est venu expliquer pourquoi le coq du clocher était changé.

« Comme vous le savez, l’église Saint-Germain est restauration en pleine nature. L’ancien coq avait déjà été fabriqué dans nos établissements. Le parafoudre posé sur le coq du clocher était radioactif. Il avait été installé à une époque où l’on était moins regardant sur la radioactivité. Il a été retiré. Le nouveau coq en cuivre est son frère jumeau. Il a été refait à l’identique dans nos établissements. Il a été travaillé, martelé par nos compagnons. »

Vidéos : en ce moment sur Actu

Le coq a été démantelé en mars 2023 dès le début des travaux de restauration. A noter que le corps de la croix en acier carbone est resté intact et n’a pas été touché.

Le point sur la restauration de l’église

L’architecte du patrimoine Arnaud Paquin a fait un point sur les travaux entrepris de la rénovation de l’église de Barneville. « Nous finalisons la première phase, soit la restauration du clocher et la pose du coq », at-il présenté. « La deuxième phase consistera à démonter tous les échafaudages du clocher et à les répartir autour de la nef et des bas-côtés. Nous poursuivrons les travaux et la lecture archéologique durant l’hiver. Au printemps, nous rénoverons le chœur. »
Chantal Rouillon, référente de la paroisse, précise : « En raison des travaux dans l’église, à partir du 15 octobre, les mess seront célébrés à 9 h 15 chaque dimanche. »

Tous les participants sont ensuite sortis se placer au pied du clocher pour attendre ce moment si crucial et si important dans la vie d’une paroisse. Tous les regards étaient levés vers le ciel, les enfants trépignaient mais les grands aussi. D’un seul coup, un cri… : « Le voilà ! »

Stéphane Mouton a posé le coq au moment de l’angélus, les cloches ont retenu, la foule a applaudi. Quel moment d’émotion ! Une vraie joie partagée sur le parking de l’église.

De notre correspondante Chantal LECLERC

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias favoris en vous inscrivant à Mon Actu.

Catégories
Église:

Stéphane Bern au chevet de l’église Saint-Martin de Fresnes-sur-Escaut, en péril

Stephane-Bern-au-chevet-de-leglise-Saint-Martin-de-Fresnes-sur-Escaut-en

Voir mon actu

berne
Stéphane Bern est venu soutenir l’association Astuce près de Valenciennes. © DR

Il y a urgence. L’association de sauvegarde et transmission du patrimoine et d’union culturelle autour de l’église (Astuce)* lance un SOS pour sauver l’église Saint-Martin de Fresnes-sur-Escaut. Elle a eu un soutien inattendu : Stéphane Bern !

« La survie du bâtiment le plus haut du Valenciennois est vraiment menacée, s’alarme Robert Valin et Jean-Yves Sybille, président et vice-président d’Astuce. La présence d’un éventuel mérule, les infiltrations d’eau, les murs détrempés dégradent mobiliers, objets de culte et d’art religieux. C’est dramatique ».

Fresnes
Visite de l’église de Fresnes-sur-Escaut avec Stéphane Bern. © DR

Fermée depuis 2010

Fermé au public par arrêté de péril depuis novembre 2010, l’édifice enclavé de la place du Chevalier de la Barre (non inscrit ni classé monument historique), interdit en juin 1871, demande une intervention sur l’ensemble de sa structure : clocher ( en ciment), couverture, charpente.

Le 2 juin, lors de l’assemblée générale, l’histoire du patrimoine religieux de la commune -berceau de l’industrie minière française avec la découverte de la houille, en 1720 – a été revisité, diaporama à l’appui.

Fresnes
L’église est fermée depuis 2010. ©DR

Fédérer les habitants autour du patrimoine

Ce qui ressort : par fidélité au passé, il faut maintenir un lieu de culte fresnois, lieu de rassemblement pour les événements majeurs de la vie dont il n’est pas banal d’apprendre qu’à l’origine « sont attribuées au culte les parcelles de terre sur lesquelles repose l’édifice ».

« Il ne s’agit pas d’être passéiste, se défend Robert Valin, mais de réhabiliter l’église par tous les moyens pour l’adapter au temps que nous vivons et fédérer les habitants de la cité autour de leur patrimoine. Quitte à amputer une partie en conservant le clocher, un espace pour les fidèles et la catéchèse, des sanitaires, impossible évidemment de fabriquer à nouveau les près de 600 000 briques nécessaires à sa construction ».

Le mot de Stéphane Bern

Porteur de la Mission Patrimoine, déployée par la fondation du patrimoine et soutenue par le ministère de la culture et la Française des jeux (FDJ), Stéphane Bern a emballé ses interlocuteurs en effectuant la visite de l’église in situ pour se rendre ensuite au Musée de la mine et de l’histoire locale.
Il a partagé : « Le gouvernement lance en septembre un plan de restauration du patrimoine religieux non protégé, vous y avez toute votre place ! Au-delà d’un projet municipal ou religieux, votre action doit devenir une aventure collective, un projet global, une ambition folle pour les années qui viennent. Qui peut le plus peut le moins ! Vous devez convaincre et mettre la première pierre, votre énergie positive doit être au service du vivre ensemble, au-delà des croyances de la population (7640 habitants, ndlr) dont j’ai reçu de nombreux courriers pour sauver et valoriser l’église Saint Martin. Votre abandon serait un échec ! Vous pouvez compter sur la Mission qui compte 765 projets ».

Un grand pas

En visite à Saint-Amand-les-Eaux, le 28 juin, l’animateur-écrivain Stéphane Bern (voir encadré) s’est rendu à Fresnes-sur-Escaut, accompagné de Fabien Roussel, député (PCF), Valérie Fornies, maire, Jean-Yves Sybille, adjoint à la transition énergétique, au développement durable et au logement, Caroline Biencourt, conservatrice du patrimoine culturel pour le diocèse de Cambrai, et Hervé Desprez, curé de la paroisse Saint François en Val d’Escaut.

Vidéos : en ce moment sur Actu

De quoi réveiller la convention tripartite commune-archevêché-Astuce, signée en décembre 2018, pour faire avancer le dossier abondé par le rapport (424 p.) du cabinet d’ingénierie Luc Jamain (2017, réactualisé en 2023).

Trouver 8 millions d’euros

8 millions d’euros sont à trouver. « Soyons ambitieux, a plaidé Fabien Roussel, alignons les planètes et que la Fondation-Région-Département aidera à ce qui participera à la restructuration urbaine et au développement économique ».

*Contact Astuce : mairie de Fresnes-sur-Escaut, place Vaillant Couturier (siège de l’asso). Par courrier : [email protected]. Tél. : 06 68 44 13 48.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias favoris en vous inscrivant à Mon Actu.

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.defer=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,

fbq(‘init’, ‘183114723670867’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

Catégories
Église:

Le futur Musée d’histoire de Vienne prend forme

Jean-Pierre Barbier, président du Département de l’Isère et Thierry Kovacs maire de la ville de Vienne, ont présenté mardi 4 juillet les premières esquisses du futur Musée d’histoire de Vienne. C’est l’Atelier Novembre, basé à Paris, qui a remporté le concours à l’unanimité. Le musée sera situé dans l’abbaye Saint-Pierre et l’église Saint-Georges ainsi que dans les bâtiments et terrains attenants.

Le projet de 3 500 m² intégrera les deux églises dans une façade en verre, tandis que l’entrée se fera par l’église Saint-Pierre, qui accueillera les expositions sur l’Antiquité et le Moyen Âge. C’est à partir de là que commencera le parcours permanent à travers le musée, sur une boucle de 1 800 m², racontant l’histoire de la ville de Vienne de l’Antiquité à l’ère moderne. Suivra ensuite, au sein de la Maison Boullu, un espace d’exposition temporaire divisé en deux parties, d’une surface de plus de 400 m². Le musée comprendra une salle de conférence, une boutique, un salon de thé et deux salles pédagogiques.

Le Musée d’histoire de Vienne permettra à la fois de mettre en valeur l’importance de la ville et la richesse de son patrimoine, en réunissant dans son parcours des collections actuellement exposées au Musée des beaux-arts et d’archéologie, au Musée du cloître de Saint-André-le-Bas, au Musée archéologique de Saint-Pierre et au Théâtre antique. Les objets sont prêts pour une période de 99 ans. Cependant, si les collections conservées dans le Musée d’histoire de Vienne restent la propriété de la Ville de Vienne, le musée sera, lui, départemental.

Le transfert des collections du Musée archéologique de Saint-Pierre commence dès cette semaine et se poursuivra jusqu’en octobre. Près de mille objets sont en cours de nettoyage, descellements et conditionnement par une équipe de six restaurateurs sous la responsabilité d’Emmanuel Desroches – conservateur-restaurateur, de l’équipe de l’atelier de restauration des mosaïques du Département du Rhône et de l ‘équipe de conservation des Musées municipaux. Les travaux de restauration des bâtiments débuteront en 2024, maîtres de fouilles archéologiques. Les travaux de construction débuteront en 2025, pour une ouverture toujours prévue à l’été 2027.

Déjà propriétaire de onze musées, le Département de l’Isère, qui souhaite rééquilibrer la couverture muséale sur le territoire, prend en charge la moitié du financement. Vienne a accordé la propriété des biens fonciers nécessaires à la construction du musée pour un euro symbolique. L’autre moitié sera assumée par la ville, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et l’État. Au total, le coût du futur Musée d’histoire de Vienne est affiché à 32,5 millions d’euros.

Catégories
Église:

Saint-Gilles-Vieux-Marché – actualités et informations locales en direct – Page 8

Conseil municipal. Pas de hausse des taxes

Jeudi, le conseil s’est réuni, avec à l’ordre du jour, le vote des budgets 2019. La première décision fut de maintenir le taux des taxes locales. La taxe d’habitation reste à 9,90 % ; le foncier bâti, à 15,58 % et le foncier non bâti, à 42,89 %.Comptes administratifs 2018